Le coût de l’immigration

Publié le par ACROPOLE

 

Le coût de l’immigration est-il supportable ?

Des travaux sur le coût de l’immigration a résulté le hors-série n°3 du mensuel Le Cri du Contribuable intitulé « Immigration, les chiffres qu’on vous cache », diffusé en kiosques en juin 2010. L’auteur de ces études est Jean-Paul Gourévitch, consultant international, spécialiste de l’Afrique et des migrations.

Comment quantifier les immigrés ? En intégrant les migrants clandestins et les enfants d’immigrés nés en France, Gourévitch estime la communauté d’origine étrangère à 7.7 millions de personnes (12.25% de la population totale). Le solde migratoire de l’immigration est positif de 125.000 résidents supplémentaires par an en France métropolitaine. L’augmentation de la population en France provient à 80% de l’immigration. D'une manière générale, les immigrés font beaucoup plus d’enfants que les européens.

assedicL’immigration coûte plus qu’elle ne rapporte. Bien que partant d’hypothèses basses, Gourévitch aboutit néanmoins à des chiffres impressionnants : le solde entre les recettes (49 milliards d’euros) et les dépenses (79.4 milliards) de l’immigration est négatif de 30.4 milliards. Cela représente 1.56% du PIB, presque l’équivalent de la croissance du PIB annoncée par l’INSEE pour 2010 ou bien encore les deux tiers de la cinquantaine de milliards de recettes de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP).

Les immigrés rapportent à l’état français 61% des prestations qu’ils reçoivent. Les trois quarts des dépenses liées à l’immigration portent sur la protection sociale.

Ce constat du caractère onéreux de l’immigration bouscule les idées reçues. Il a vocation à occuper une place prépondérante dans le débat public en ces temps de crise économique.

contribuable-hsN°-3-Juin-2010 
Contribuables associés: http://www.contribuables.org

Publié dans économie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article