1er avril 2011: mauvaise blague pour les amateurs de médecine douce

Publié le par ACROPOLE


A compter du 1er avril 2011 : une mauvaise blague pour les amateurs de médecines douces

Dans cinq mois, quasiment toutes les préparations à base de plantes, ainsi que la possibilité pour les herboristes de les prescrire seront interdites dans l’Union Européenne. Une victoire des multinationales de l’industrie pharmaceutique sur les médecines douces et traditionnelles.

C’est ce qui résulte de la directive européenne 2004/24/CE modifiant la directive 2001/83/CE pour les produits à base de plantes médicinales traditionnelles (THMPD), adoptée le 31 mars 2004 et qui entrera en vigueur le 1er avril prochain. Ce texte réglemente l’usage des produits à base de plantes traditionnellement connues pour leurs vertus en matière de santé et de bien-être qui étaient auparavant en vente libre.

La directive stipule que toutes les préparations à base de plantes devront désormais être soumises au même type de procédure que les médicaments. Et peu importe qu’une plante soit d’un usage courant depuis des millénaires. Des procédures particulièrement coûteuse, puisque selon les estimations celles-ci varieraient de 90 000 à 140 000 euros par plante. Un coût impossible à supporter par la plupart des producteurs de plantes médicinales.

On se trouve ici en présence d’une décision où la santé des gens n’est pas manifestement pas l’objectif majeur, ce dernier étant avant tout de sécuriser le monde du libre-échange en favorisant les multinationales des industries pharmaceutiques et agro-alimentaires.

Premier avril 2011 : verveine et passiflore deviennent illégales. Pour le bien de tous, évidemment. Premier avril 2012, doit-on craindre la même chose pour les tomates du jardin ?

Publié dans patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article